La journée mondiale contre le recrutement et l’utilisation d’enfants au Congo

L’organisation partenaire BVES-RDC appelle à plus de bruit dans les communautés pour dire NON au recrutement et à l’utilisation d’enfants soldats en République Démocratique du Congo.

Des groupes armés (locaux et étrangers) ont continué d’utiliser des enfants dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Maniema, de la Province Orientale et du Katanga en RDC, en ce début d’année 2014, en violation des textes juridiques internationaux et nationaux interdisant de telles pratiques et les considérant comme un crime de guerre punissable sévèrement.

Le Protocole Facultatif à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, en son article 4, interdit aux groupes armés de recruter et d’utiliser les personnes (filles et garçons) âgées de moins de 18 ans.

A l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale contre le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, ce mercredi 12 février 2014, le BVES appelle toutes les communautés locales congolaises à amplifier les bruits et à s’opposer à toute forme de recrutement et d’utilisation de leurs enfants par les groupes armés.

« Toutes les communautés ont le devoir sacré de rêver d’un bel avenir pour leurs enfants : offrir à chaque enfant le meilleur d’aller à l’école, de manger à sa faim, d’avoir une bonne santé, des loisirs et des amis et surtout de vivre en famille et NON d’être privé de ces droits fondamentaux par le recrutement et l’utilisation par les groupes armés », déclare Monsieur Murhabazi Namegabe, nommé Première Couronne de Meilleur Défenseur des Droits de l’Enfant 2013.

Le BVES et ses alliés nationaux et internationaux estiment que pour mettre fin à la problématique des enfants soldats, le Gouvernement Congolais devrait lutter contre la pauvreté, contre l’impunité, continuer de convaincre les groupes armés d’arrêter sous peine de sanctions le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats et renforcer la lutte pour un commerce d’armes contrôlé.

Plus de bruit pour dire NON au recrutement et à l’utilisation d’enfants soldats en RD Congo !

Plus de 12 chaines de radio et quatre chaines de télévision ont relayé cet appel, à travers la conférence de presse tenue à Bukavu, avec la participation Section Protection de l'Enfant de la MONUSCO et des représentants des structures étatiques et de l'armée congolaise, mais aussi des enfants.

En même temps, le BVES et ses partenaires continuent de faire pression pour atteindre l'objectif ultime de « Zéro enfant associé aux forces et groupes armés ».

En 2013, ils étaient estimés entre 33 000 et 100 000 enfants soldats sur toute l'étendue de la RDC. Actuellement, ils sont estimés à près de 4 000 enfants utilisés essentiellement par les groupes armés (étrangers et congolais). Il y a de quoi espérer que nous nous dirigeons vers une victoire finale contre ce crime de guerre, à condition que le programme actuel de DDR enfants en gestation soit une réalité, que le processus de pacification aboutisse et que la communauté internationale continue d'appuyer la RDC vers une paix durable et la lutte contre l'impunité vis-à-vis des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre.

BVES remercie très sincèrement Child Soldiers International et tous ceux-là qui le soutiennent dans la lutte pour mettre fin au recrutement et à l'utilisation d'enfants soldats en RDC depuis sa création. Notre lutte ici en RD Congo contre ce crime est en partie la résultante de son soutien complet. Nous remercions également tous ces partenaires internationaux et nationaux qui soutiennent le processus DDR enfants en RDC: la MONUSCO, l'UNICEF, le PAM, le CICR et les ONG internationales de défense des droits humains (Amnesty International, Human Rights Watch, FDHM, GFC, WCPF, ICCO, SCI...). « Vous pouvez continuer de compter sur le BVES », a déclaré Monsieur Murhabazi Namegabe, Première Couronne de Meilleur Défenseur des Droits de l'Enfant 2013 et Directeur du BVES.

Le BVES est une association sans but lucratif basée à Bukavu (Sud-Kivu) qui œuvre depuis 1992 pour la promotion, la protection et la défense des droits fondamentaux des enfants victimes de la marginalisation économique et sociale ainsi que des enfants victimes des conflits armés en RDC.

Télécharger le document.